Jean-Michel Morange

infos diverses sur les médias et la région du limousin et journal d'infos sur les médias

13 février 2006

Ma première rencontre AVEC Pascal SEVRAN

3660485002325_2_Pascal Sevran : J’ai un gros problème avec Pascal Sevran, j’ai beaucoup d’estime pour l’homme qu’il est, j’ai beaucoup de respect pour lui. Les propos qu’il tient sont très souvent justes et de bon sens. Je passerai des heures à l’écouter, avec lui un chat et un chat. C’est un homme gentil il a tout simplement pas envie qu’on l’em… Ce qui est normal. Nous avons tous nos défauts et nos qualités. C’est le seul animateur producteur qui nous donne rendez-vous sur le plan littéraire à la fin de chaque année pour connaître sa vie privée et publique. Pascal Sevran et un grand homme de littérature sans aucun problème mais quand je l’ai reçu à la radio j’étais gêné. En effet, pour la première fois de ma vie en désaccord avec moi-même, je voulais recevoir Pascal Sevran mais je me sentais obligé de parler de son journal intime. Le problème que j’ai avec moi, j'ai lu touts ses journaux intimes, nous avons des choses en commun comme le décès d’un être qui partage votre vie avec ce journal. Il a le mérite de refaire vivre son ami Stéphane à chaque fois que l’on parle de lui ou que l'on écrit sur lui. De ce coté c'est une bonne thérapie. Pour ma part, quand j’ai perdu mon amie, j'ai tout gardé pour moi jusqu'a inventer que l’on était séparé. On me demandait pas pourquoi je répondais ça, aujourd’hui je l'ignore. J'ai peut être voulu jouer au dur, quel c.......... de faire ça tout les trois ou quatre matins. Les pompiers me transportaient au CHRU de LIMOGES. Je faisais malaises sur malaises. Je n'ai pas parlé à ma famille à cause du décès de mes parents, on perd tous repère, je me suis dit chacun à sa vie point barre. J’en ai encaissé des choses, comme quand on ma dit que c'était presque de ma faute si elle avait eu un accident de voiture, je n'avais pas qu'à habiter à Limoges mais Poitiers. J'étais plus coupable que ce mec ivre qui était à l'origine de l'accident et je me souviendrai toujours de ses paroles " Excusez-moi monsieur je ne l’ai pas fait exprès." encore heureux pauvre co....... J'en veux aussi à ce Policier qui m’a obligé de regarder un corps sans vie plein de sang, il faisait son boulot mais grâce à lui, je ne dors plus la nuit. Voila le point commun entre Pascal Sevrant et moi. Certains passages de sa vie intime sont très dur à lire .Je me suis sentis gêné sur quelques passages, je jugerai pas mais je pose la question a-t-il inventé la lecture réalité. La rencontre avec Pascal Sevran s’est bien passée, nous étions dans un salon du livre en creuse où nous avions convenu d’une heure, un dimanche après-midi. Nous installons notre petit studio dans une pièce, nous avons pour l’occasion deux techniciens incompétents et l’autre où je me demande encore pourquoi il est venu, il ne fait pas la différence entre une voix grave et aigue. Ce qui arriva… arriva nous enregistrons la première partie et une fois fini Pascal Sevrant est reparti comme c’était prévu, à d’autre signatures de son livre. Je ne me demandais pas pourquoi notre super technicien s'est mis à tripoter le MD et a effacé la première partie (on a que l’équipe que l’on mérite) il a fallut expliquer tout ça a Pascal Sevrant et on lui donne comme excuse que c'est dû a un micro climat du mini disque et que ça s'est effacé tout seul. En écoutant cette excuse à deux euros, je me dis qu’il sont en train de le prendre pour un c…….et que ça ne va pas lui plaire. Ce qui a été le cas, il nous a dit « vous allez attendre que le micro climat passe et on recommencera après 18h » et nous l’avons attendu tout la journée. J'ai parlé avec Vincent, son cousin, qui mérite d’être connu en dix minutes. J'avais plein de confidences et je vous en donnerai qu’une sur l’émission d’Arthur de l’émission de karaoké (la FUREURE) diffusée sur france2 et co-animé par PASCAL SEVRAN. L’émission de karaoké est une idée originale de l’équipe à Pascal Sevran. Je n’aime pas trop ces émissions, moi je l’attends sur un magazine plus culturel comme « bouillon de culture » façon Pascal Sevran, et un bon bouillon avant d'aller se coucher n'a jamais fait de mal à personne.

Posté par morange à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire